DR JACQUES OHANA

Le lifting cervico-facial, comment ça se passe ?

Le lifting cervico-facial permet de retrouver les traits que vous aviez une dizaine auparavant.

Le lifting cervico-facial, comment ça se passe ?

LE lifting cervico-facial ou lifting du visage et du cou a pour but de rajeunir le visage et le cou.

Il existe aujourd’hui plusieurs types de lifting qui permettent d’effacer les effets du vieillissement du visage et du cou soit de manière localisée soit de manière plus étendue. Le lifting cervico-facial  est le plus fréquemment réalisé. C’est la correction chirurgicale du vieillissement au niveau du cou ainsi qu’au niveau du visage depuis la région des tempes jusqu’à la région des bajoues.

Cette chirurgie a un but esthétique ne peut être prise en charge par l’assurance maladie.

Quels sont les buts recherchés ?

L’opération a pour but  de traiter l’affaissement et le relâchement de la peau ,  des muscles du visage et du cou.  (tempes et sourcils, joues, bajoues, ovale du visage)

L’objectif d’une telle intervention n’est pas de changer la forme et l’aspect du visage. Au contraire la seule restauration des différentes structures anatomiques de la face et du cou (peau, muscle, graisse ) permet au patient de retrouver l’aspect qui était le sien quelques années auparavant. Les muscles sont remis en tension de manière à corriger leur relâchement. La peau est ensuite drapée à la demande sur les nouveaux galbes, sans traction excessive.

Cette double action permet d’obtenir un résultat naturel, parce que la peau n’est pas trop tirée, durable, car le plan musculaire est solide. Les suites opératoires sont en général assez simples, la peau « marque » moins parce qu’elle est peu traumatisée, du fait de la tension et du décollement limité.

Les surcharges graisseuses éventuelles peuvent être traitées par lipoaspiration . A l’inverse si le visage est émacié, cet aspect peut-être corrigé dans le même temps par ré-injection de graisse auto logue (le terme désigne les constituants de l’organisme tels que les cellules tissus qui sont propres à un individu. Ainsi le visage et le cou sont en quelque sorte reconstruits, restructurés, Les incisions cutanées sont cachées pour l’essentiel dans les cheveux au niveau des tempes et de la nuque et au pourtour de l’oreille.  La cicatrice est ainsi presque  entièrement dissimulée. Le lifting cervico-facial peut être fait dès que les signes du vieillissement  apparaissent  et qu’une demande de correction motivée est formulée ,en général à partir de 40/45 ans

Cette intervention  peut être associée à un autre geste de chirurgie esthétique faciale : chirurgie esthétique des paupières (blépharoplastie) correction de l’affaissement et des rides du front (lifting frontal endoscopique). Elle peut-être aussi  complétée par des thérapeutiques médico-chirurgicales (dermabrasion, peeling, traitement médical des rides ou sillons, injection de toxine botulique.

Le déroulement de l’intervention

Avant l’intervention :

Un bilan pré-opératoire habituel est réalisé conformément  aux prescriptions. Le médecin anesthésiste sera vu en consultation au plus tard 48 heures avant l’intervention. On pratiquera un lavage des cheveux la veille de l’intervention et un démaquillage soigneux le jour de l’intervention Il est obligatoire de rester à jeun , 6 heures avant l’intervention.

Quel type d’anesthésie ?

Le lifting cervico-facial peut être réalisé sous anesthésie générale ou sous anesthésie locale approfondie par des tranquillisants administrés par voie intraveineuse (anesthésie « vigile »). Une hospitalisation de 24 à 48 heures est habituellement nécessaire.

L’intervention

Chaque chirurgien  adopte une technique qui lui est propre et qu’ il adopte à chaque cas pour obtenir les meilleurs résultats Toutefois on peut retenir des base communes. L’incision est en grande partie cachée dans les cheveux et au pourtour de l’oreille. A partir des incisions un décollement est fait sous la peau ; son étendue est fonction de chaque cas notamment de l’importance du relâchement des tissus. On procède ensuite à la remise en tension du plan musculaire ; extrêmement précise et dosée , afin de corriger l’affaissement , tout en conservant au visage son expression.

En cas  de surcharge graisseuse localisée , une lipoaspiration est effectuée dans le même temps opératoire, elle peut agir sur le cou , le menton les bajoues et les joues. La peau est alors drapée  naturellement , l’excédent cutané supprimé, les sutures faites sans tension. En fin d’intervention, on réalise un pansement qui a fait le tour de la tête. En fonction du chirurgien et de l’importance des corrections à apporter l’intervention peut durer deux à trois heures.

Les suites post-opératoires

La sortie pourra intervenir soit le lendemain, soit le surlendemain de l’intervention. Les premiers jours, il faut se reposer au maximum et éviter tout effort violent. Au cours de ces premiers jours le patient ne doit ni s’étonner ni s’inquiéter :

  • D’un œdème (gonflement) qui peut être plus accentué le deuxième jour que le premier.
  • D’ecchymoses (bleus) dans la région du cou et du menton.
  • D’une sensation de tension douloureuse,  surtout en arrière des oreilles et autour du cou.

Schématiquement, il vaut mieux attendre :

  • Entre sept et douze jours pour être présentable, pour les intimes, famille ou amis proches
  • Environ trois semaines pour les personnes dont on veut qu’elles ignorent l’opération.

Résultats et risques d’imperfections

Au bout de deux ou trois mois  on peut avoir une bonne idée du résultat définitif. Mais les cicatrices sont encore un peu rosées et indurées et ne s’atténuent que vers le sixième  mois. Grâce à une grande minutie technique , on obtient un effet de rajeunissement appréciable, qui reste toutefois très naturel, le visage n’a pas un aspect « chirurgical » et a retrouvé à peu près les traits qui étaient les siens huit ou douze ans auparavant, ce qui donne globalement un aspect reposé détendu et rafraîchi. Cette amélioration physique s’accompagne en règle générale d’un mieux- être psychologique.

Sur le long terme le lifting cervico-facial  permet de lutter contre les outrages du temps, mais le vieillissement  continue à faire son œuvre et l’on peut envisager une nouvelle intervention de type lifting au bout d’une dizaine d’années. Il se peut qu’un œdème persiste  au niveau de certaines zones au-delà du troisième mois, des massages peuvent être nécessaires.

Il y a une possibilité de reproduction partielle du relâchement des tissus (ptose) notamment de la partie antérieure du cou. Lorsque la ptose était importante avant l’intervention.

Des cicatrices trop visibles ou des chutes de cheveux localisées dans la région des tempes (alopécie) peuvent nécessiter une retouche chirurgicale à distance, six mois à un an.

Pas de commentaire

Poster un commentaire